Lors du meeting de la liste citoyenne, de gauche et écologiste conduite par Jean-Claude Kennedy, le maire s’est adressé Vitry.

Mesdames, Messieurs, Chers amis, Chers camarades…

Nous y sommes ! Nous sommes maintenant à quelques semaines (6 exactement) de l’élection municipale… Une élection qui intervient dans un contexte bien particulier… Mais quel que soit le contexte, cela fait chaud au cœur d’être là avec vous !

Nos amis des services publics, des gilets jaunes sont intervenus tout à l’heure pour dire leur colère, mais aussi leur espoir, de voir les choses bouger dans ce pays… Depuis le début, j’allais dire depuis toujours naturellement, je suis et nous sommes aux côtés de celles et ceux qui luttent pour un monde meilleur !

Je veux saluer tous nos amis, nos camarades et les militants engagés depuis des semaines, dans les entreprises privées, dans les entreprises publiques. Je veux adresser un salut particulier à François, militant à la RATP, qui a fait un geste désespéré il y a quelques jours au moment d’une reprise du travail, après 52 jours de grève. Solidarité François ! Solidarité avec tous les grévistes et l’ensemble des salariés et actifs engagés dans ce mouvement !

Nous croyons à une dynamique populaire, un processus social qui nourrit une prise de conscience dans la société pour faire bouger les lignes… Et les lignes bougent ! Après des semaines de grève, de perturbations, de matraquage médiatique et politique sur les galères des usagers, près de 2 français sur 3 continuent de penser que le mouvement social a raison ! Ce n’est pas anodin et c’est déjà une victoire !

Nous tenons bon sur nos principes : le soutien au mouvement d’abord. Et ce n’est pas rien… Nous décidons de ne pas facturer les prestations impactées par le mouvement social. C’est un choix, nous l’assumons ! Nous décidons d’accompagner, avec les syndicats, avec notre CCAS, les salariés engagés dans le mouvement et qui perdent du salaire pour l’intérêt général. C’est un choix, nous l’assumons ! Et nous décidons d’être présents, avec nos écharpes, symboles de la république, dans le mouvement aux côtés des salariés en lutte. Encore ce matin, devant le dépôt RATP de Vitry. C’est un choix, nous l’assumons !

Finalement, deux conceptions de la société s’affrontent : d’un côté le chacun pour soi, l’individualisme, la porte fermée, et les plus forts qui écrasent les autres… De l’autre, la solidarité, la main tendue, le partage et la construction du commun…

Il n’y a là qu’un pas, diront certains, au communisme ! Je l’assume… Pleinement ! J’assume pleinement d’être un maire communiste, fier de ses principes, fidèle à une conception dynamique de l’histoire, moderne dans sa conception contemporaine, et donc rassembleur dans sa vision stratégique !

A cet égard, je vous informe que je viens de porter plainte contre un site d’extrême droite qui insulte le maire de la ville, à Vitry, parce que le conseil municipal a décidé de travailler, à accompagner la construction d’une mosquée, pour que chacun et chacune vive sa liberté et sa croyance dignement…

Je suis fier de notre conception de la ville… Je suis fier de nos mains tendues… Je suis fier de nos solidarités… Sans distinctions aucune… Je suis fier de parler devant vous après les témoignages qui m’ont précédé… Je suis fier de notre action municipale, qui continue de vouloir ancrer cette solidarité dans nos politiques publiques…

Il faut le mesurer. Ce que nous faisons, depuis des décennies, constitue en soi une résistance… Parce que gérer une grande ville aujourd’hui, comme une petite, dans le contexte politique et financier que l’on connaît, c’est bien une résistance au quotidien. Si certains croient aux dorures et aux privilèges des élus, qu’ils viennent pendant quelques jours ou quelques semaines à nos côtés se rendre compte de la réalité communale…

Nous vivons en effet des moments d’une complexité que nous avons rarement connus.

Cette commune, cet acquis de l’histoire, qui nous est si chère depuis la révolution française, parce qu’elle est le territoire de la proximité, de l’expérimentation, de l’innovation, du lien social, de la vraie vie des gens… Cette commune qui fait l’originalité de notre pays… Cette commune est attaquée de toute part, parce qu’elle est elle-même un lieu, un espace de résistance et de démocratie. 

Elle est attaquée institutionnellement d’abord… Après des expériences intercommunales, auxquelles nous avons participé mes amis de Choisy et d’Ivry sous diverses formes, le pouvoir a décidé de créer la métropole du Grand Paris en 2015.

Et avec elle, les territoires, 12 au total dans la métropole, qui constituent des groupements de communes d’une échelle surdimensionnées, où la solidarité et la proximité ne sont évidemment pas le premier objectif politique affiché…

Pour notre part, nous défendons le principe d’une intercommunalité de projets, choisie, sur la base de la liberté des communes à s’associer pour décider de leurs politiques… C’était notre agglomération Seine-Amont…

Si le président communiste du territoire actuel, Michel Leprêtre, s’est battu et se bat encore pour mettre en place ce qu’on appelle une coopérative des villes, il faut saluer aussi le combat qu’a mené notre ami Christian Favier pour maintenir les départements dans notre paysage institutionnel.

Ils avaient tout simplement prévu de supprimer les départements, et naturellement, sans se poser la question du devenir des politiques départementales si utiles aux Val-de-marnais et aux Vitriots…

Ils ont décidé de s’attaquer à ce qui constitue un frein à la volonté hégémonique du pouvoir : la commune et les institutions de proximité. Et si l’on élargit le propos, ce sont de véritables attaques sans précédent contre la Fonction publique et les services publics auxquelles nous assistons…

Dans l’éducation, dans la santé, à La Poste, dans les transports… Toujours la même conception : diminuer les moyens, et préparer la privatisation… 

Il faut mesurer notre situation… On impose des diminutions de dotations comme jamais… Dans les 5 dernières années, les dotations de fonctionnement pour la ville sont passées de 16 millions d’euros en 2014 à… 6 millions d’euros en 2019… ! Ce ne sont pas des petites baisses…

C’est une stratégie claire : étrangler les collectivités pour les obliger à supprimer des postes, des services, et à terme privatiser le maximum de services… 

C’est en misant sur cette stratégie que le pouvoir macroniste, avec l’accord de la droite et de l’extrême-droite, annonce la suppression de 120 000 postes d’agents communaux… Et laisse faire des plans de suppressions d’emplois à Conforama, à La Galiote, à La Poste, ou chez Sanofi…

Ici, le maire de Vitry continue de privilégier l’emploi et le service public… Il poursuit le dialogue social quand d’autres, y compris dans des villes voisines (je parle de la droite, à Villejuif…) préfère la matraque…

Dans le contexte que nous vivons, il y a deux voies : celle du pouvoir et de la droite qui veulent une société aux ordres, pour laisser l’argent fructifier et la bourse flambée…

L’autre voie : celle de l’écoute, du partage, et de la solidarité !… C’est ce que nous faisons dans nos politiques à Vitry, c’est ce que nous voulons poursuivre et améliorer ! 

**************************

La période actuelle appelle donc notre mobilisation à tous, au risque de voir se détériorer durablement les conditions de vie de tous…  Le sujet est au cœur de la campagne électorale, et c’est tant mieux ! Et cela tombe bien parce que nous n’avons pas à rougir, bien au contraire, de ce que nous avons engagé depuis des années… 

Au-delà de notre contexte social, politique et financier, une grande question vient nous rappeler à nos responsabilités : la planète brûle, à tous les sens du terme.

Des incendies un peu partout sur la planète… Des températures qui grimpent… Des mers qui montent… Des espèces qui disparaissent… Des inégalités qui se creusent toujours plus au détriment des plus fragiles… Les conséquences de ces bouleversements sont dramatiques…

Des centaines de milliers, voire des millions de familles n’ont pas d’autres choix que de se déplacer, de migrer… Ce que nous connaissons aujourd’hui n’est peut-être qu’une amorce de troubles bien plus forts encore… Honte à ceux qui rejettent ces populations ! Personne ne quitte son pays par plaisir ! C’est l’espoir de trouver une vie meilleure que l’on n’a pas chez soi qui provoque les migrations…

Nous connaissions les réfugiés politiques, les réfugiés économiques… Nous connaissons désormais les réfugiés climatiques, fuyant des zones où la planète est devenue hostile aux êtres humains… du fait de l’activité humaine ! 

Notre devoir, notre responsabilité, parce que nous sommes solidaires, écologistes et de gauche, c’est de créer les conditions politiques d’une approche audacieuse et progressiste de ces questions :

  • D’abord il faut promouvoir un autre modèle économique et social que le capitalisme et l’exploitation sous toutes ses formes, une autre logique que le pillage des ressources naturelles et le profit des multinationales partout sur la planète ! Les cours de la bourse ne peuvent pas être les boussoles de notre développement…
  • Ensuite il faut des politiques de coopérations respectueuses des peuples, de leurs richesses, dans le cadre d’échanges mutuellement profitables.
  • Et enfin il faut que l’accueil de celles et ceux qui arrivent soit considéré comme une chance pour la France ! Ce pays, et notre ville en sont l’illustration, ils se sont construits en accueillant successivement des femmes et des hommes venus de la terre entière. Le patchwork des couleurs, des intelligences et des cultures… C’est cela notre richesse !

Je suis fier de Vitry… Parce que c’est cela Vitry ! Une tradition de solidarité, et une terre d’accueil… 

A ce propos, permettez-moi un mot sur une question d’actualité : le campement Roms dans le parc des Lilas. Cette situation est évidemment vécue difficilement et de manière bien compréhensible par les riverains.

J’ai dit au préfet il y a quelques semaines deux choses : d’abord nous ne sommes pas des expulseurs. Ce n’est pas dans nos gênes. Ces gens sont des citoyens européens, pourchassés et persécutés chez eux. S’ils arrivent ici, ce n’est pas par choix touristique !

Ensuite nous exigeons une conférence régionale sur cette question des populations Roms. Si toutes les villes de la métropole du Grand Paris faisaient un tout petit effort, il n’y aurait pas de problèmes et pas de campements !

A ce titre, nous avons dit, avec mon amie Sylvie Montoire, conseillère municipale qui suit ces questions, que nous étions prêts à assumer une part de cette responsabilité, pour accueillir des maisons financées par l’Etat et les fonds européens.

C’est cela être solidaire ! C’est cela faire de la politique, sans jouer sur les peurs des uns et des autres… ! Je suis fier de cette ville qui compte bon nombre d’associations allant dans ce sens, sans céder à la démagogie…

Comme je l’ai dit lors de la cérémonie des vœux dernièrement, je préfère toutes celles et tous ceux qui tendent la main que ceux qui construisent des murs… ! Certains murs n’ont pas résisté à la force des peuples… Mais il en reste encore trop… En Amérique, en Asie, en Palestine… !

Et je suis inquiet des dernières déclarations de Trump, qui exacerbent les tensions… Un de nos combats, en solidarité avec tous les peuples concernés, et en particulier celui de la paix si fragile, est de faire tomber ces murs, quels qu’ils soient, pour la liberté et l’avenir de nos enfants…

La planète brûle aussi pas si loin d’ici… Même ici ! Notre pays et la région parisienne, n’échappent pas à ces bouleversements…

Nous avons connu un épisode difficile l’été dernier, et il aura fallu, je les en remercie, l’implication des agents du service public et le dévouement des pompiers pour apporter un peu de réconfort à des centaines de familles…

La pollution grandit chez nous, et les impacts de cette pollution sur la santé ne sont pas neutres… Plus de 5 000 décès prématurés sont constatés chaque année à cause de la pollution atmosphérique en région parisienne…

Des milliers de logements ne sont pas isolés comme il le faudrait, et génère des pertes d’énergie considérables… Ce sera un des enjeux du futur projet de renouvellement urbain…

Le pouvoir laisse supprimer des trains qui acheminent des denrées alimentaires à Rungis, pour les remplacer par des centaines de camions qui viendront encore et toujours encombrer l’A86 aux portes de nos villes, à Choisy, à Thiais et à Vitry…

Bref, nous pourrions allonger la liste des sujets qui fâchent… La métropole qui s’est construite ces 50 dernières années, n’a pas mis obligatoirement la qualité de vie au cœur de ses préoccupations.

C’est à nous de corriger le tir, et de penser l’alternative au modèle urbain et de consommation que l’on connaît… Si la pollution grandit ici, nous devons donc penser et agir pour en réduire les causes : réduire la place de la voiture notamment…

Personne n’est contre ! Mais lorsqu’on commence à discuter des moyens pour y parvenir, le ton mote… Comment peut-il en être autrement, quand on sait que la mesure d’interdiction des véhicules les plus polluants touche d’abord les villes populaires, et donc les moins aisés ?!…

En gros, on peut rouler avec un 4×4 flambant neuf au diesel et consommer 12 litres au 100 sans être inquiété… Et être au Smic avec une vieille Clio et se voir interdire de rouler dans le périmètre de l’A86… !

C’est pourquoi j’ai refusé pour l’instant de signer l’arrêté de la fameuse zone d’interdiction de circuler.  Pour cette raison fondamentale : je refuse que les 5 000 vitriots qui n’ont pas forcément les moyens de changer de véhicule se voient pénalisés par une loi qui refuse par ailleurs de taxer les profits pour aider celles et ceux qui en ont besoin !

J’ai dit que je signerai cet arrêté… lorsque nous aurions la garantie des aides d’accompagnement pour les Vitriots.

Autre question… Si des milliers de logements ne sont pas encore adaptés aux règles de l’économie d’énergie, croyez-vous que ce soit parce que les habitants ne sont pas sensibles aux questions environnementales ? Bien sûr que non…

Là encore, si chacun était accompagné, aidé pour isoler comme il le faut, je suis certain que la filière économique de ce secteur se développerait très rapidement, et que des dizaines de milliers d’emplois « verts » seraient créés pour répondre à la demande.

Je suis fier d’avoir été avec quelques maires communistes du Val-de-Marne et de la Métropole à l’initiative de la charte promoteurs. 

Ce document, produit après de multiples discussions entre nos villes, est aujourd’hui remise à celles et ceux qui veulent construire. Cette charte leur dit : vous pouvez construire, mais pas n’importe comment, pas à n’importe quel prix, et en respectant l’environnement.

Il y a quelques jours, rue Edouard Tremblay, alors que nous plantions avec quelques locataires et futurs accédants le premier arbre de leur résidence, j’ai apprécié ce qu’une future locataire nous a dit. Je la cite : « M. le maire, la charte que vous avez imposée aux promoteurs nous a permis de trouver un logement sympa, accessible financièrement, dans un environnement agréable. »

Alors nous allons continuer ! J’ai lu avec attention ce que disent les scientifiques du GIEC (rassemblement international de scientifiques), qui disent qu’un des moyens pour participer à diminuer la chaleur en ville est de participer à l’isolation de l’habitat.

Je suis donc favorable à ce que nous travaillions à une aide à l’isolation pour les petits propriétaires, en complément de ce qui existe, pour participer à faire baisser les émissions de chaleur d’au moins 10% sur le mandat prochain.

Autre question… Je l’ai dit : le dépôt pétrolier des Ardoines, symbole de la consommation du pétrole en métropole, doit partir… L’Etat nous le dit depuis une dizaine d’années…

Ce dépôt doit partir pour deux raisons : d’abord il est classé Seveso et cela empêche tout projet de se concrétiser dans le périmètre protégé.

Et ensuite parce que la vie en ville aujourd’hui doit s’accompagner d’autres considérations que les intérêts économiques et financiers… 

Il nous donc faut repenser la ville, avec des logements de qualité, des espaces à vivre, des équipements publics, des emplois diversifiés, des transports adaptés, des perspectives à contempler, de l’air à respirer…

Et j’en ajoute une dernière : des projets partagés, discutés avec les habitants de la ville… Bref, de la démocratie, encore de la démocratie… C’est pour cette raison fondamentale que j’ai demandé une « pause » à l’Etat voila quelques mois. Non pas, pour tout stopper les aménagements.

Mais pour que l’on se pose, autour d’une table, pour rediscuter sur le fond des projets engagés voilà maintenant plus de 10 ans, et qui plus est des conditions financières qui nous étranglent…

Et dans ce processus, j’ai fait la proposition suivante : la création d’un parc naturel en lieu et place du dépôt pétrolier, à deux pas d’une gare du Grand Paris express, à 1 km du centre-ville et moins de quelques centaines de mètres des habitants de la Ferme et de Balzac. Ce parc, de près de 4 ha, au pied de la centrale EDF et de ses cheminées, pourrait s’appeler… Centrale parc ! 

Lorsque j’ai fait cette proposition, tout le monde a applaudi ! Et lorsque j’ai fait la même proposition à l’Etat, il a fait la grimace… Sans doute parce qu’on anticipait déjà le manque à gagner de la rentabilité du m² de foncier à deux pas d’une gare du futur métro… 

C’est donc pour cette raison de fond que j’ai fait cette proposition : une détermination sans faille à ce que Vitry reste une ville équilibrée, abordable, entretenant une mixité entre l’habitat, les activités et des espaces à vivre agréables… Une ville qui dit non à une conception de la banlieue comme territoire servant de la capitale… Le Grand Paris, oui, mais en respectant Vitry !

Nous allons donc nous battre et agir pour Centrale Parc à Vitry, pour maintenir une ville équilibrée, pour développer l’emploi et pour des transports de qualité qui bénéficient aussi aux Vitriotes et aux Vitriots !

Plus globalement, la prise de conscience est grandissante pour mieux traiter la planète, chez les jeunes en particulier. C’est un souffle d’espoir. A nous de ne pas les décevoir… A nous d’inventer, ici, dans nos territoires, les réponses urgentes et durables pour allier écologie et citoyenneté.

Je fais d’ailleurs une dernière proposition ce soir sur cette question écologique : parce que je crois que l’intelligence est collective, je propose la création d’un Conseil environnemental de notre ville, associant les citoyens, des associations, des experts, et des élus, afin de travailler sur ces questions en particulier.

Il pourrait se mettre en place avant l’été 2020, après les élections municipales, et travailler à définir ce que pourrait être à Vitry une « règle verte » pour l’action municipale pendant le mandat.

Ce Conseil, d’une cinquantaine de membres, pourrait être chargé de faire des propositions avant l’été pour le conseil municipal. Et nous rendrons public les travaux de ce conseil…

Bref, vous l’aurez bien compris : je suis intimement convaincu que l’écologie, la démocratie et la solidarité vont de pair, un bloc qui pour moi est la seule garantie d’une écologie sociale et durable… 

C’est cela que je mets au cœur des changements pour demain ! Pour les Vitriots ! Avec les Vitriots !

************************************

Ce qui m’amène à vous dire quelques mots sur l’action municipale au quotidien. Dans un document que nous avons sorti il y a quelques semaines, disponible ce soir encore, j’ai dit que j’étais fier de ce que NOUS avons fait pendant ce mandat…

Si partout à l’échelle de la planète, des résistances s’organisent, c’est vrai aussi dans notre ville. Le programme 2014  était en lui-même un acte de résistance, dans le sens où c’est un combat quotidien de mener des politiques qui vont à contre-courant d’un libéralisme ambiant cher au pouvoir…

Je dis NOUS avons fait, pas je. Notre bilan, dans le contexte que nous connaissons, est dynamique, sincère, honnête.

Trois éléments ont contribué à cela : d’abord, la volonté des élus pendant ce mandat a été de travailler sans relâche. Ensuite, nous pouvons nous féliciter d’une fonction publique compétente, qui met en œuvre ce que nous débattons et décidons. Et enfin, vous toutes et tous, les vitriotes et les vitriots dans leur grande majorité, ont participé aux rencontres publiques, aux réunions de concertations multiples sur beaucoup de questions municipales…

Vous comprendrez que je ne fasse pas le bilan complet des engagements pris… Nous en aurions pour toute la nuit, et je ne suis pas sûr que vous resteriez jusqu’au bout !

Je veux simplement mettre l’accent sur des éléments significatifs de nos politiques, des politiques de gauche, des politiques citoyennes et écologistes ! 

Quand on assure 50% de bio ou de circuits courts dans nos cantines pour les enfants… Quand nous faisons ressurgir la source de la Petite Saussaie pour redonner vie à l’eau dans la ville… Et quand nous faisons le choix de la collecte pneumatique dans les grands ensembles collectifs pour diminuer drastiquement le nombre de camions dans nos quartiers…  Quand nous voulons planter au moins un millier d’arbres dans le mandat pour participer à des îlots de fraîcheur un peu partout dans la ville… Cela a du sens !

Je souhaite que des projets environnementaux soient travaillés dans tous nos centres de loisirs, dans les projets d’école, nos activités périscolaires, parce que l’éducation et la sensibilisation sont les meilleures garanties de projets durables et partagés…

Et nous voulons tendre vers le tout bio dans nos cantines… Travailler à tendre vers le zéro déchetsdans les 10 ans qui viennent… Ou encore interdire complètement le plastique dans nos achats…

Celles et ceux qui auront demain la responsabilité de dynamiser ces politiques, que je nommerai dans le futur bureau municipal, auront du pain sur la planche, et le futur Conseil environnemental devra nourrir ce travail…

Et il y a bien d’autres points que nous pourrions avec fierté mettre en avant, au moment de se présenter devant les Vitriots pour un prochain mandat. Je pense évidemment au choix de la justice sociale et de la solidarité… Vous connaissez nos politiques, qui sont vos politiques… 

Quand nous maintenons un Centre municipal de santé, qui accueille plus de 16 000 patients chaque année, c’est un choix de politique publique fort, alors que Macron ou la droite qu’il représente ne font pas grand-chose devant la désertification médicale qui s’accélère…

Quand nous décidons de maintenir, malgré les difficultés financières, 30% du budget de la ville dans les secteurs de la jeunesse, de l’enfance et de l’éducation, c’est aussi de la résistance… Et c’est aussi la volonté d’une ambition : celle de l’intelligence, du pari de l’avenir dans les enfants et la jeunesse pour un monde meilleur… Nous pourrions faire moins. C’est là aussi un choix !

Quand nous décidons de maintenir des tarifs tenant compte de la réalité populaire de Vitry, c’est là-aussi un choix ! Nous pourrions privatiser le service… Certaines villes le font…

Nous voulons maintenir des tarifs qui tiennent compte de la réalité de notre ville, ce qui ne veut pas dire ne pas continuer d’améliorer les choses… 

Par exemple, je suis pour que très rapidement, nous passions à la facturation mensuelle, parce que c’est un moyen d’agir et d’accompagner les familles qui en ont besoin…

Par ailleurs, quand nous développons un service de maintien- à domicile, pour les personnes âgées ouvert désormais 7 jours sur 7, c’est du lien social, de l’écoute et donc du service public que nous mettons en place, contre une vision purement économique de la relation avec nos anciens… Je sais que tout ce que nous faisons en direction des retraités est très apprécié…

Et quand nous décidons de maintenir nos choix, partagés avec la majorité municipale actuelle et partagés aussi par les écologistes, de maintenir 40% de logements sociaux dans toutes les programmations de logements, c’est une résistance à la marche forcée du Grand Paris et du pouvoir de la finance, plus intéressé par rentabilisation des m² de foncier qu’à écouter les besoins des habitants et des demandeurs de logements dans nos quartiers et dans nos permanences !…

Je salue à cet égard mon ami, Hocine Tmimi, président de l’OPH, avec qui nous travaillons aux côtés des locataires et de toutes les équipes concernées par la création d’un nouvel outil communal du logement social, pour échapper à la logique de fusion et de disparition du logement social, voulue par Macron et tous ses amis.

Bref, vous voyez, je pourrais en dire, et en dire encore… Lorsqu’on sait tout ce qui est réalisé dans notre ville, on est un peu frustré de n’en dire que quelques mots… Et de ne pas pouvoir citer chaque élu qui œuvre à tout cela. 

Je voudrais parler des ludothèques, des aides en direction des jeunes, de l’accompagnement de leurs projets, de la culture sous tous ses aspects, du conseil des enfants, du label Territoire d’Industrie que nous avons obtenu pour engager des projets économiques, d’une librairie retrouvée, du sport à Vitry, des Fêtes du Lilas, des tiers lieux qui font aujourd’hui la fierté des associations et de nos ambitions culturelles, de structures étudiantes qui se développent… Et de tellement de belles histoires de services publics, de rencontres humaines et de projets citoyens…

Je vous invite à continuer à discuter avec nous, à prendre la plaquette de notre bilan, à la faire circuler, et à en débattre…

J’entends, nous entendons ici où là que nous pourrions faire beaucoup mieux… C’est une évidence ! Pour la propreté, contre les incivilités… J’en suis conscient, et nous devons le faire.

Oui, nous pouvons et voulons faire mieux, et il ne se passe pas une semaine sans qu’une rencontre ne soit organisée pour parler d’un projet… Sans qu’une réunion des comités de quartiers ne rassemble des habitants pour échanger sur la vie de leur quartier… 

Et bien plus que cela encore, nous avons pris l’initiative, voilà deux ans maintenant, de travailler directement avec les habitants pour engager la démarche Imagine Vitry… Que de formidables moments !… Nous avons échangé, débattu, confronté, mis en œuvre, avec les habitants, les jeunes, des engagements que nous tenons ! 

Je propose d’ailleurs que cette démarche, sur le fond et dans la forme, devienne une sorte de fil rouge dans le mandat qui s’annonce, pour faire de la démocratie locale un élément structurant de nos politiques, un élément déterminant dans notre rapport aux habitants, un élément dynamique dans nos mobilisations contre l’Etat, car c’est bien aussi de cela dont il s’agit !…

Et dans le domaine de la démocratie locale, je suis favorable à ce que l’on se donne les moyens d’aller plus loin encore : je suis favorable à ce qu’on mette très vite en place une démarche participative dans les comités de quartiers, présidés par des citoyens, et doté d’un budget à examiner… Je suis favorable à ce qu’on puisse saisir le conseil municipal à travers un droit de saisine, une pétition, dont il faudra déterminer le nombre de signatures…

Je suis favorable également à une mesure qui me tient à cœur, et qui est venue en débat dans les ateliers du projet municipal il y a quelques semaines…

Si l’on regarde bien le corps électoral à Vitry (environ 45 000 citoyens), il y a beaucoup, beaucoup de monde qui ne participe pas à l’élection municipale… En tous cas qui peuvent s’en sentir exclus… Comme ils le sont du référendum sur ADP…

Et comme le gouvernement, qui pourrait mettre en place le vote de tous les citoyens aux élections municipales n’est pas encore en place, je propose que nous réfléchissions, dès le lendemain des élections municipales, à associer dans le fonctionnement de nos structures municipales les quelques 15 ou 20 000 citoyens vitriots non autorisés à voter… 

Je ferai cette proposition dès la première réunion du futur conseil municipal, et je missionnerai la commission municipale de la vie citoyenne pour faire des propositions avant l’été prochain…

Je me permets simplement de dévoiler d’autres propositions…Que nous partageons avec nos partenaires…

Nous voulons travailler à la mise en place d’espaces de santé de proximité dans les quartiers de la ville… A côté de notre action dans ce domaine déjà très importante…

Nous voulons faire de l’emploi, avec le label Territoire d’Industrie que nous avons obtenu l’année dernière, le mandat de la reconquête de projets innovants et modernes…

Nous voulons développer rapidement, les conditions d’un accueil réactif des citoyens de la ville, en utilisant tous les moyens technologiques et numériques existants… Pour faciliter la vie des habitants, pour mieux leur répondre…

Nous voulons maintenir et améliorer encore des services déjà appréciés des Vitriots ; de la petite enfance à l’accompagnement des plus âgés.

Nous voulons développer notre démocratie locale, et faire des deux premières années de mandat, deux ans de construction partagée d’un projet de ville pour 2030, pour et avec les Vitriots, je l’ai dit, et nous impulserons, avec la « règle verte » proposée par le Conseil environnemental, une dynamique pour que Vitry agisse encore plus pour participer à sauver la planète !

Je suis certain que ce projet sera engageant, dynamique et innovant !

***********************

Alors, chers ami(e)s et cher(e)s camarades,

Pour faire tout cela, pour porter des politiques publiques fortes, ambitieuses, résistantes, la question du rassemblement est évidemment déterminante. Seuls, on ne peut pas faire grand-chose… Ce qui est vrai dans la vie l’est aussi dans la gestion communale et dans la vie politique…

Pour gagner, et au-delà de la victoire, pour peser contre le pouvoir dans des discussions avec les partenaires, et l’Etat en particulier, le rassemblement sur des questions essentielles, sur des grands choix pour la ville est un facteur d’une importance considérable.

Dès le mois de septembre dernier, il y a donc 4 mois maintenant, j’ai fait un certain nombre de propositions à toutes les formations et organisations politiques de Vitry.

J’ai formulé un certain nombre de principes qui me tiennent à cœur et qui, je le crois, sont de nature à permettre de surmonter les divergences…

  • D’abord, vouloir rassembler au-delà de la majorité actuelle, c’est nécessairement faire des efforts pour permettre à d’autres d’intégrer une équipe. C’est peut-être évident, mais ça va mieux en le disant ! D’autant que l’on ne peut pas dire que la situation politique soit identique à 2014… Je sais que mon parti y est prêt. Alors continuons les discussions.

  • Ensuite, j’ai proposé que chacune et chacun puissent être représentés sans que personne ne puisse se sentir le supplétif ou à la remorque de qui que ce soit. C’est une conception du rassemblement réellement respectueuse de la diversité. C’est sans doute également le gage d’une richesse de débats…Et de leur prise en compte… !

  • Par ailleurs, j’ai proposé que le projet que nous pourrions porter ensemble intègre nécessairement des éléments importants aux yeux de chacun. Si l’on veut le rassemblement, il ne s’agit pas de renier ses principes. Il s’agit de savoir débattre et porter des projets qui sont sur le fond très complémentaires, et d’intégrer dans notre projet des éléments portés par d’autres qui ne seraient pas obligatoirement portés par tous.

  • Enfin, j’ai proposé que notre future liste soit largement ouverte aux citoyens, comme un gage de prolongement de nos démarches démocratiques et citoyennes engagées depuis des années. 

Sur ces principes, mon message est clair… : nous travaillons au rassemblement, et comme dirait l’autre, « l’union est un combat » ! Nos adversaires sont désignés !

Macron et ses valets, avec cette conception de la politique sourde aux aspirations populaires… Macron et le pouvoir des riches, qui est en mission pour casser le code du travail, détruire les acquis sociaux, et mettre en place une société de vigilance comme il dit, où le lien social et la fraternité ne sont plus les priorités de la République…

Leurs candidats ont tellement honte qu’ils hésitent à afficher leurs logos, et à apparaître candidat d’En Marche, avec la peur de se faire bousculer par des citoyens en colère… 

La droite, de son côté, ne fait pas autrement… les républicains mettent leur logo de côté, eux qui ne savent plus quoi faire tant Macron leur a pris leurs places, leurs idées et leur programme !

Et l’extrême droite, qui ne fait pas de bruit mais qui mise sur la colère pour faire fructifier le mécontentement… Ils ont même osé s’afficher en soutien au mouvement social, eux qui sont dirigés par la famille Le Pen et leurs millions… Ceux-là même qui s’opposent aux augmentations du Smic ! Quelle honte, et qu’il nous faut combattre de toutes nos forces !

Nous sommes en train de finaliser, avec les forces politiques et les organisations citoyennes (PS, EELV, le Covic, la jeunesse communiste…) les propositions d’un projet que nous nous apprêtons à publier prochainement, en même temps que la présentation définitive de la liste que j’aurai le plaisir et l’honneur de conduire pour gagner !

Permettez-moi un mot particulier … Chacun sait ici qu’Alain Audoubert nous a quittés dramatiquement l’été dernier. Il aurait aimé être là, et je crois que nous pouvons, encore, lui rendre hommage… Comme à Guy Martin, disparu lui aussi quelques semaines plus tard… 

Mais je veux dire aussi un mot à quelques-unes des personnalités locales qui quitteront le conseil municipal dans quelques semaines… Ils ont beaucoup compté, ils ont beaucoup donné, ils ont beaucoup représenté les vitriots, avec enthousiasme… Ils m’ont beaucoup apporté. Je veux saluer particulièrement mes amis, mes camarades socialistes Jean-Marc Bourjac et Guy Labertit, et deux femmes politiques communistes qui sont de belles personnes, Dominique Etave et Evelyne Rabardel…  Je les invite à me rejoindre !  Je veux que l’on se lève et qu’on applaudisse leur engagement, leur dévouement, et le sens des responsabilités… Je vous embrasse…

Deux prochains rendez-vous : la présentation officielle de la liste, et un meeting de fin de campagne la dernière semaine avant l’élection, pour gagner !

Je me félicite donc, à cette étape de la campagne électorale, de nos accords passés pour l’instant… Je dis pour l’instant car jusqu’au bout, je resterai fidèle à une conception du rassemblement large et citoyen pour toute la gauche et les écologistes.

Dans les derniers jours, des choses peuvent encore bouger et c’est normal…L’alchimie d’une liste est un équilibre complexe qui demande subtilité, détermination et humanité… J’en appelle à la responsabilité de chacune et chacun pour que notre liste s’élargisse encore, avec des citoyens, avec les forces, les organisations de gauche et écologistes…

Nous avons débuté cette soirée avec nos amis acteurs et témoins du mouvement social… Je veux pour terminer, comme pour faire écho à leur colère, rappeler ce qui résonne comme une injure à ce mouvement social fier et debout…  Il y a quelques jours, Le Monde publiait une info en Une de son site, en pleine journée d’action contre le projet de réforme des retraites : Je cite « Les dividendes du CAC 40 se sont encore envolés en 2019 : les principaux groupe français côtés ont versé 49,2 milliards d’euros à leurs actionnaires »… Si l’on ajoute le fait qu’1 % de la population sur la planète détient 80% des richesses mondiales, le partage est vraiment à l’ordre du jour !…

La situation planétaire a des reflets ici même… Lorsqu’on sait que les dotations aux collectivités, pour les villes de la strate de Vitry, sont en moyenne de 213 € par habitant, on crie au scandale quand on constate qu’elles sont pour Vitry seulement de… 120 € par habitant, soit deux fois moins !

L’injustice est partout ! Elle frappe nos villes populaires… Elles frappent directement les Vitriots… Paradoxalement, une idée fait son chemin : le système, le capitalisme, est de plus en plus décrié, désigné comme le producteur des maux de cette terre qui brûle sous bien des aspects… 

Alors, il y a donc de l’espoir… Et nous avons de l’audace ! Donnons de la force à tout cela ! Laissons aussi, et c’est un clin d’œil à mon ami René dans les ateliers que nous avons tenus, « de la place à nos rêves »…

Chers amis, chers camarades, à très vite ! Et un grand merci à toutes celles et ceux qui ont, d’une manière ou d’une autre, travaillé à la réussite de cette belle soirée…

Maintenant : place à la convivialité, au pot de l’amitié ! En m’excusant d’avoir été trop long !

Avertissement

Discours prononcé à 20h30. Des phrases peuvent évidemment avoir été prononcé différemment.

Laissez un commentaire