« Pour moi la citoyenneté, c’est poursuivre la voix que j’ai donnée lors des élections. On s’en mêle, on échange, on s’enrichit ». Le débat est lancé par Fabienne, qui ajoute que les élu.e.s ont besoin des citoyens.

Pour intéresserle grand public, les débats doivent embrasser les enjeux grand angle. « Je veux bien prendre une soirée pour partager mes rêves » nous dit René.

Et veiller à ne pas exclure de fait en mettant en débat des questions qui peuvent apparaître comme trop pointues. « Si on m’invite à un débat sur le budget, je n’ai pas ma place, je ne me sens pas légitime » nous dit Christelle.

Il faut aussi trouver les formes qui permettent de discuter avec le plus grand nombre. Fatima se fait le porte-parole des jeunes de La Vanoise « Nous avons un projet pour le quartier. La disponibilité des élus du quartier nous permet d’en discuter. Même si les réunions ce n’est pas trop notre truc ! ». Pour Sophie « les rencontres en bas de chez vous, c’est bien. Mais après les habitants ne participent pas au suivi des dossiers. Pour ça, les conseils de quartier sont plus efficaces ».

« Pour décider il faut être informé ». Andrée insiste : la communication municipale doit « progresser ». Les sujets pointés du doigt ? Difficile d’identifier tel ou tel aspect des choses. « On a le sentiment de ne pas être informé, sur le budget par exemple ! »

Le La est donné. La citoyenneté c’est permettre à celles et ceux qui ne sont pas des militants politiques, de contribuer à l’élaboration des choix municipaux, autrement dit de participer au débat politique local. Surtout comme le dit une habitante du centre-ville « Si les vitriots le veulent, ici, donner son avis, c’est possible ! Dans notre ville, les idées foisonnent ».

Imagine Vitry, le buzz.

Le bilan est à l’unisson. Imagine Vitry a permis « de donner la parole aux silencieux ». « La chose publique concerne toutes les générations. Il faut embarquer tout le monde… Donner le pouvoir aux Vitriots, ce n’est rien enlever aux Elus et aux services. C’est ce qu’Imagine Vitry a réussi à dépasser ».

« C’était formidable, il faut continuer ». Continuer « ça veut dire améliorer ». Comment passer du débat sur les grandes idées à la co-construction. « Des dizaines de propositions ont été faites aboutissent à des engagements prise par le mairie. Mais qu’est-ce que ça devient ? Qui fait le suivi des engagements » demande Michel. L’information encore en débat.

« Partir d’une feuille blanche, émettre des idées, évaluer leur faisabilité et trouver les sous de leur mise en œuvre », pour Isabelle, la co-construction c’est de A à Z. Au contraire, pour Ousmane, « c’est justement parce que les jeunes pouvaient parler sans se sentir obligé que ça a marché ». Et de poursuivre « les habitants ont des idées, ils participent quand ils en voient l’utilité ». Donner la parole aux jeunes est un impératif partagé par les participants car « ils sont dynamiques et ils sont l’espoir de la planète ».

Stéphane lui considère qu’il ne faut pas seulement que les militants fassent des efforts. Les citoyens aussi. Jules regrette « quand nous distribuons des tracts, ils ne sont pas lus ».  Un autre sujet est pointé par le président d’une association de retraités. « Imagine Vitry a l’intérêt de donner la parole aux habitants. Mais, il faut aussi réfléchir à la place des représentants d’associations, de syndicats, d’amicales… ».

Les conseils de quartier.

Si l’importance des conseils de quartier, « ce lieu de la citoyenneté active » est unanime, leur fonctionnement est interrogé ? « Tout montre que les pratiques politiques et sociales sont en crise » nous dit Marion. « Du choix de l’ordre du jour à la place des élu.e.s, de la rédaction du compte-rendu à l’organisation de la réunion, il faut que nos habitudes soient bousculées ». « Une chose est sure, la régularité des réunions fait la crédibilité » indique Michel qui en profite pour saluer la démarche développée au centre-ville.

Le budget participatif. « 5% du budget d’investissement à se répartir dans les onze quartiers (soit environ 100 000 euros par quartier) », Sarah rapporte l’expérience de la place Malik Oussekine dont l’aménagement a été imaginé et conduit par le conseil de quartier. Guy continue à propos du square Audigeois, indiquant « qu’au final, les habitants participent à la décision mais ne tiennent pas les cordons de la bourse ».

Michelle et Jean sont moins convaincus. Les expériences de budget participatif sont souvent « préemptées par une minorité et génèrent de la mise en compétition des habitants ». En tout cas « il doit être bien orienté, rigoureux pour ne pas créer de frustration ». Pour Fabienne « c’est le budget municipal qui doit être participatif ». « Porter à la connaissance des habitants les grands arbitrages pour les dépenses et les recettes, en multipliant les réunions de proximité, c’est ça les associer à la décision ».

Numérique et citoyenneté : Pour Shamime, « si l’on veut associer les jeunes, il faut absolument développer la démocratie numérique ». Les réseaux sociaux sont un espace d’information et de débat qu’il nous faut « plus investir ». Hugo va plus loin : « il faut que la mairie ait une plateforme numérique participative et collaborative ». Michelle suggère que « le numérique peut faciliter le partage de la décision par référendum ou même plus facilement par questions ». « Quelque soit le mode de sollicitation (courrier, mail, téléphone…), les vitriots sont en droit d’attendre des réponses de leurs élu.e.s. Il y a encore trop de questions sans réponse ».

D’autres propositions s’ajoutent : le besoin d’un conseil de la jeunesse, celui de multiplier les comités d’usagers. Et celle de réfléchir à « associer les citoyens étrangers à la vie démocratique de la ville ». En étant convaincu que « la citoyenneté, c’est la résidence ». Magnifique proposition. Le débat continue.

Jean-Claude Kennedy, le maire, l’appelle de ses vœux : « je me réjouis de tous ces avis. Continuons. Nos intelligences vont contribuer au rassemblement et à des engagements forts pour la ville, pour les Vitriot.e.s. »

RDV le 7 novembre. Même endroit même heure. Et chacun peut amener un p’tit truc à boire ou à manger !

Laissez un commentaire